Interventions clownesques et musicales en dermatologie

A la lumière du succès et de l’impact très positif de l’intervention de clowns dans les services pédiatriques, le chef de service de dermatologie  propose d’explorer cette approche auprès de patients adultes hospitalisés dans le service.
Il s’agit d’une approche originale et innovante au sein d’un secteur d’hospitalisation conventionnelle s’inscrivant comme une approche thérapeutique holistique en écho aux recherches menées dans le domaine de la psycho-immunologie.     

Les clowns sont vecteurs de résilience, d’émotions, de rires et de poésie.

Plusieurs études montrent les bienfaits physiologiques du sourire et du rire :

  • Le rire est un réconfort physique qui tonifie les organes. 
  • Le rire aide le système immunitaire de façon importante. 
  • Le rire est un puissant antalgique.
  • Le rire agit contre le mauvais stress.
  • Le rire a aussi des effets collatéraux : diminution de l’angoisse, meilleure digestion, amélioration du sommeil

Objectifs

Le projet porte une approche multidimensionnelle :

  • Auprès du patient : il s’agit de proposer au patient de vivre une expérience originale durant son hospitalisation, de vivre le moment présent auprès d’autres interlocuteurs que peuvent être les soignants ou ses proches.
  • Auprès des proches : les clowns aident, avec pudeur, à décompresser dans des situations stressantes et douloureuses. Au-delà de son identité de malade, l’entourage redécouvre ainsi la personne.
  • Auprès des équipes médicale et soignante : Il s’agit d’apporter au travers de situations inédites une approche originale de la vie et des relations au travail. Les clowns peuvent apaiser des situations, les services, les ambiances. Les clowns offrent des moments de décompression, et permettent aux soignants de continuer à être dans le mieux-être.

Pour aller un peu plus loin

Le projet s’inscrit dans une démarche scientifique qui se propose d’évaluer de manière rigoureuse l’impact de cette approche :

  • Sur la qualité des soins (expérience patient)
  • Sur la satisfaction des proches et aidants
  • Sur la qualité de vie au travail des professionnels et notamment la prévention des risques psychosociaux.

Mise en oeuvre et budget

Projet expérimenté sur une période d’un an, avec une période-test avec une 1ère évaluation à 6 mois

1 intervention par semaine : présence sur les après-midis au début puis possibilité de présence le matin pour des accompagnements lors des soins, et présence en début de nuit envisagée de temps en temps

Budget : 
Une enveloppe de 25 000 € est à réunir basé sur 500€ de cachet pour les comédiens sur 50 semaines.